mSsCc

 

   
 

Qui sommes-nous?

 

 

Une congrégation religieuse née dans l’île de Majorque le 17 août 1890. Sans prétentions ni rêves de grandeur. Avec le désir de considérer ce qui arrive autour de nous pour pouvoir donner une réponse aux signes des temps. Disposés à collaborer à la tâche pastorale de l’Eglise en annonçant la Bonne Nouvelle à travers la parole et le témoignage. Prêts à souligner les aspects les plus cordiaux de l’évangile parce que nous préférons l’accueil à la condamnation et l’amour au rejet. Nous allons modestement présenter ce que nous aimerions être, plutôt que ce que nous sommes. Parce qu’entre ce que l’on dit et ce que l’on fait il y a une bonne distance.

 

Nous prétendons avant tout, suivre les traces  de Jésus Christ. Le religieux découvre un trésor caché et parie sur lui. Il vend tout pour l’obtenir. Il conclut que ni l’argent, ni le sexe, ni le pouvoir ne constituent le bien suprême. Cela ne vaut pas la peine de se battre pour eux, encore moins s’il faut faire appel aux coups et aux mauvaises manières. Le religieux reconnaît qu’il n’est pas le centre du monde et que ses idées et son comportement ne sont pas toujours les meilleurs.

La Congrégation est née à Majorque. L’ermitage de Saint Honorat fût sa première maison. Le bâtiment a été rénové et il est habité par une communauté qui reçoit principalement des groupes qui cherchent la tranquillité et la spiritualité dans la paix du Mont de Randa.

 

En termes classiques tout ceci est exprimé par les vœux de pauvreté, de chasteté et d’obéissance. Bien entendu, ces vertus sont des moyens et non pas un but. Personne ne devient chaste ou obéissant pour l’être simplement, à moins qu’il ne soit fou. Mais il peut le devenir quand la décision favorise une plus grande liberté dans la vie ; quand il porte à haute voix l’annonce qu’il existe un Père commun qui nous veut solidaire et qui a pour nous une mission.

 

Nous sommes des religieux et des Missionnaires des Sacrés Cœurs de Jésus et de Marie. Ce titre donne de la couleur et concrétise à notre style de vie consacrée. Bien que nous nous éloignions des images du cœur de Jésus ou de Marie dépourvues d’esthétique, qui abusent des couleurs et des détails anatomiques, nous ne sommes pas d’accord avec l’abondance d’interjections. Nous ne mettons pas non plus au premier plan la mélancolie, la méfiance ou le sacrifice. Avec de tels éléments, à la longue, la foi acquiert une tonalité passive, intimiste et plaintive.

 

Nous nous référons au cœur comme symbole de la profondeur de la personne. Nous croyons que l’être humain dispose d’un centre où naissent ses opinions morales et où il nourrit les décisions les plus difficiles. Le cœur renvoie aussi à l’amour, à la solidarité et à la miséricorde. Nous apercevons le panorama de la foi dans cette perspective. Les attitudes, les idées, les engagements acquièrent la chaleur et la cordialité typiques de cette spiritualité. Nous prêchons avec un zèle particulier les traits d’amour, l’affinité et le pardon de l’évangile.

 

Jésus-Christ sur la croix s’est laissé transpercer le côté par la lance. Celle-ci est la carte de visite des Missionnaires des Sacrés Cœurs. Nous croyons qu’il vaut la peine de se laisser transpercer par la lance de l’injustice et le manque de solidarité afin de soulager les innombrables peuples transpercés de notre monde. Nous pensons que dans un monde désaxé par la violence, le sexe, la corruption et les longues files d’exilés, il vaut la peine d’essayer de réparer le centre cassé qui est le cœur humain.

 

Page principale

 

 

Missionnaire : c’est l’envoyé. Envoyé pour proclamer la bonne nouvelle. Quand quelqu’un a trouvé le sens de sa vie, il éprouve une paix profonde et une joie que les mille difficultés de chaque jour ne peuvent lui arracher. Il est alors poussé à partager son secret. Les grandes nouvelles sont destinées à être célébrées et partagées. Plus elles sont répandues, plus elles irradient en joie. Si le missionnaire répand la nouvelle de ce qui a bouleversé le cœur du Christ et celui de sa Mère Marie, il met alors à la portée de ses frères la tendresse de Dieu et son projet de salut pour les hommes.